Home Informatii Utile Membrii Publicitate Business Online
Abonamente

Despre noi / Contacte

Evenimente Culturale

 

Românii de pretutindeni
Puncte de vedere
Pagina crestinã
Note de carierã
Condeie din diasporã
Poezia
Aniversari si Personalitati
Interviuri
Lumea nouã
Eternal Pearls - Perle Eterne
Istoria noastrã
Traditii
Limba noastrã
Lumea în care trãim
Pagini despre stiintã si tehnicã
Gânduri pentru România
Canada Press
Stiri primite din tara
Scrisorile cititorilor
Articole Arhivã 2020
Articole Arhivã 2019
Articole Arhivã 2018
Articole Arhivã 2017
Articole Arhivã 2016
Articole Arhivã 2015
Articole Arhivã 2014
Articole Arhivã 2013
Articole Arhivã 2012
Articole Arhivã 2011
Articole Arhivã 2010
Articole Arhivã 2009
Articole Arhivã 2008
Articole Arhivã 2007
Articole Arhivã 2006
Articole Arhivã 2005
Articole Arhivã 2004
Articole Arhivã 2003
Articole Arhivã 2002








 
Informatii Utile despre Canada si emigrare.
Inregistrati-va ca sa puteti beneficia de noile servicii oferite Online.
Business-ul dvs. poate fi postat Online la Observatorul!
Anunturi! Anunturi! Anunturi! la Publicitate Online

 
An Open Letter to Canadians

The COVID-19 pandemic has plunged our country into an unprecedented public health emergency. More than 30,000 Canadians have gotten sick and many have been hospitalized. Too many of us are mourning the loss of family members and friends. Healthcare workers are working around the clock without always having the necessary medical supplies. Our economy is almost completely shut down, putting millions out of work and endangering businesses from coast to coast. Children are losing valuable school time. Our seniors are isolated and in tragic cases, in need of much better care. Meanwhile, Prime Minister Trudeau tells us it will be many weeks before Canada can begin to open up again.

On March 13, as the scale of the crisis became clear, the House of Commons adjourned its normal business for five weeks. During this adjournment, Parliament has sat twice to pass emergency legislation that was needed to get urgent help to Canadians.

As things stand, the House of Commons is scheduled to sit once again on April 20. All parties have been negotiating to determine how exactly the House should reconvene given the realities of the COVID-19 pandemic.

Conservatives have proposed a reasonable workplan that would keep Parliament open so that we can improve government programs and policies and get better results for Canadians.

Everyone understands that we cannot have all 338 Members of Parliament in the House and still respect public health advice. That is why, during the previous two emergency sittings, on March 24 and then again on April 11, the House met with a much smaller number of MPs. Each party was represented in proportion to the size of its total caucus. We are proposing that model continues to be used.

In order to ensure that Canadians get the real help they need, there must be oversight and accountability. That is why Conservatives have proposed having three in-person sittings each week to allow MPs to debate and vote on essential COVID-19 legislation. MPs would also have two hours each day to question the Prime Minister and ministers on all aspects of the government’s response to the pandemic. These sessions have proven to be extremely valuable thus far. We have improved the government’s wage subsidy legislation, pressed the government to include seasonal workers in the eligibility criteria for the Canada Emergency Response Benefit, and gotten answers to many questions that Canadians have been asking.

The Standing Committee on Procedure and House Affairs has also been tasked with studying the possible implementation of virtual sittings to augment these in-person sittings. If the committee recommends virtual sittings, we would be happy to meet virtually one day a week to allow a broader range of MPs to participate.

As this crisis progresses, we recognize that the government may need to pass new legislation to help Canadians who are struggling. Opposition parties have already demonstrated how debate, discussion and tough questions ultimately improves government programs and policies. Conservatives are ready to roll up our sleeves and get to work.

Parliamentary committees also play an essential role in holding the government to account. Normally they are the masters of their own domain and can call witnesses, pass motions and force the government to produce documents. In February, the Health Committee was able to secure over 1,000 pages of information related to the government’s handling of the pandemic. But what they received in March was heavily redacted by the government. Virtual committees have no recourse to get this information. Canadians deserve to know where things went wrong and how the government intends to improve going forward.

Currently, the Health and Finance committees are meeting virtually, and several other committees are expected to start meeting next week. But the government has refused to give virtual committees the same powers regular committees have Conservatives are pushing for all committees to be able to meet virtually to discuss the pandemic response and for them to have their regular powers. The government must not be allowed to hide things from Canadians.

Through our tireless efforts to ensure proper accountability, Parliament has tasked the Auditor General with reviewing the unprecedented level of government spending during this crisis and ensuring that not one cent of taxpayer dollars is misspent. In order to carry out this vital work, the government must appoint a permanent Auditor General with a ten-year term and provide his or her office with the necessary resources.

Some have suggested that Conservatives are only interested in holding weekly sittings for partisan purposes. Nothing could be further from the truth. Our focus is on helping Canadians through this crisis and ensuring that when the time comes, we have a plan to get Canada’s economy back on track.

In the words of the great John Diefenbaker, “Parliament is more than procedure – it is the custodian of the nation’s freedom.”

No government should use a health crisis to try to effectively shut down democracy or take away hard-won rights or freedoms. When the government has tried to grant itself sweeping new powers, we have stopped them. When they have tried to avoid accountability, we have required transparency. And when they have brought forward legislation to help Canadians, we have made improvements. That work must continue.

Parliament is an essential service. Representatives in Japan, Italy, France, Germany, Greece, Sweden, Finland and the European Parliament are continuing to meet during these trying times. Our democracy should be no different.

It is my sincere hope that all parties will agree to our common-sense proposals. Canadians are counting on us.

Sincerely,

Andrew Scheer, Leader of Canada’s Conservatives and of the Official Opposition


Lettre ouverte aux Canadiennes et aux Canadiens

La pandémie de COVID-19 met notre pays dans une situation d’urgence de santé publique sans précédent. Plus de 30 000 Canadiennes et Canadiens sont malades, et nombre d’entre eux ont dû être hospitalisés. Un trop grand nombre d’entre nous pleurent la perte de membres de notre famille et d’amis. Les travailleurs de la santé travaillent jour et nuit sans toujours avoir les fournitures médicales nécessaires. Notre économie est pratiquement au point mort, laissant des millions de personnes sans travail et mettant des entreprises en péril partout au pays. Les enfants perdent un temps précieux qu’ils devraient passer à l’école Nos aînés sont isolés et, dans certains cas tragiques, ont besoin de meilleurs soins de santé. Parallèlement, le premier ministre Trudeau dit qu’il faudra des semaines avant que le Canada puisse fonctionner comme avant.

Le 13 mars, quand l’ampleur de la crise est devenue claire, la Chambre des communes a ajourné ses affaires habituelles pour cinq semaines. Pendant cet ajournement, le Parlement a siégé à deux reprises pour adopter les mesures législatives d’urgence requises pour aider les Canadiennes et les Canadiens.

La Chambre des communes devrait de nouveau siéger le 20 avril. Tous les partis négocient pour déterminer comment exactement la Chambre devrait se réunir compte tenu des réalités de la pandémie de COVID-19.

Les conservateurs proposent un plan raisonnable pour garder le Parlement ouvert afin que nous puissions améliorer les programmes et les politiques du gouvernement et obtenir de meilleurs résultats pour les Canadiennes et les Canadiens.

Tout le monde sait que nous ne pouvons pas réunir les 338 députés à la Chambre tout en respectant les directives de santé publique. C’est pourquoi, lors des deux séances d’urgence précédentes, le 24 mars et le 11 avril, la Chambre s’est réunie avec un petit nombre de députés. Chaque parti était représenté proportionnellement à la taille de son caucus. Nous proposons de garder ce modèle.

Pour assurer que les Canadiennes et les Canadiens obtiennent l’aide véritable dont ils ont besoin, il doit y avoir une surveillance et une responsabilisation. C’est pourquoi les conservateurs proposent de tenir trois séances en personne par semaine afin de permettre aux députés de débattre et de voter sur les mesures législatives essentielles en raison de la COVID-19. De plus, les députés passeraient deux heures par jour à poser des questions au premier ministre et aux ministres sur tous les aspects de la réponse du gouvernement à la pandémie. Ces séances se sont révélées extrêmement utiles jusqu’à présent. Nous avons amélioré la mesure législative sur la Subvention salariale, nous avons pressé le gouvernement de rendre les travailleurs saisonniers admissibles à la Prestation canadienne d’urgence, et nous avons obtenu des réponses aux nombreuses questions que posent les Canadiennes et les Canadiens.

De plus, le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre a reçu le mandat d’étudier l’utilisation de séances virtuelles en plus de ces séances en personne. Si le Comité recommande des séances virtuelles, nous sommes prêts à nous réunir une fois par semaine afin de permettre à un plus grand nombre de députés de participer.

Alors que cette crise évolue, nous reconnaissons que le gouvernement peut devoir adopter de nouvelles mesures législatives pour aider les Canadiennes et les Canadiens qui sont en difficulté. Les partis de l’opposition ont déjà démontré comment le débat, la discussion et les questions difficiles améliorent les programmes et les politiques du gouvernement. Les conservateurs sont prêts à se retrousser les manches et à se mettre au travail.

Les comités parlementaires jouent aussi un rôle essentiel dans la responsabilisation du gouvernement Normalement, ils sont maîtres de leurs affaires et peuvent convoquer des témoins, adopter des motions et obliger le gouvernement à produire des documents. En février dernier, le Comité de la santé a pu obtenir plus de 1 000 pages d’information sur le traitement de la pandémie par le gouvernement. Cependant, ce qu’il a reçu en mars avait été principalement rédigé par le gouvernement. Les comités virtuels ne peuvent pas se procurer cette information. Les Canadiennes et les Canadiens méritent de savoir ce qui s’est mal passé et ce que le gouvernement prévoit faire pour améliorer les choses à l’avenir.

Actuellement, les Comités de la santé et des finances se réunissent virtuellement, et d’autres comités devraient commencer à faire de même la semaine prochaine. Cependant, le gouvernement refuse de donner aux réunions de comité virtuelles les mêmes pouvoirs qu’aux comités réguliers. Les conservateurs insistent pour que tous les comités puissent se réunir virtuellement afin de discuter de la réponse à la pandémie, et pour qu’ils aient leurs pouvoirs habituels. Le gouvernement ne doit pas pouvoir cacher des choses aux Canadiennes et aux Canadiens.

Grâce à nos efforts acharnés pour assurer une responsabilisation appropriée, le Parlement a demandé au vérificateur général d’examiner le niveau sans précédent des dépenses du gouvernement pendant cette crise, et d’assurer que pas un seul dollar des contribuables n’est gaspillé. Pour que ce travail essentiel soit fait, le gouvernement doit nommer un vérificateur général permanent, avec un mandat de dix ans, et fournir les ressources nécessaires à son bureau.

Certaines personnes insinuent que les conservateurs cherchent à tenir des séances hebdomadaires à des fins purement partisanes. Rien ne pourrait être plus loin de la vérité. Nous voulons aider les Canadiennes et les Canadiens à traverser cette crise et assurer qu’au moment venu, nous aurons un plan pour remettre l’économie canadienne sur pied.

Comme l’a dit le grand John Diefenbaker : « Le Parlement n’est pas qu’une question de procédure, c’est le gardien de la liberté du pays. »

Aucun gouvernement ne devrait utiliser une crise sanitaire pour museler la démocratie ou enlever des droits et des libertés durement gagnés. Quand le gouvernement a tenté de s’octroyer de nouveaux pouvoirs considérables, nous l’en avons empêché. Quand il a tenté d’éviter la responsabilisation, nous avons exigé de la transparence. Et quand il a présenté une mesure législative pour aider les Canadiennes et les Canadiens, nous avons apporté des améliorations. Cela doit continuer.

Le Parlement est un service essentiel. Des représentants gouvernementaux au Japon, en Italie, en France, en Allemagne, en Grèce, en Suède, en Finlande et au Parlement européen continuent à se réunir en cette période difficile. Notre démocratie devrait fonctionner de la même manière.

J’espère sincèrement que tous les partis vont accepter nos propositions sensées. Les Canadiennes et les Canadiens comptent sur nous.

Cordialement,

Andrew Scheer, chef des conservateurs du Canada et de l’Opposition officielle





Andrew Scheer, Leader of Canada’s Conservatives and of the Official Opposition    4/18/2020


Contact:

Home / Articles  |   Despre noi / Contacte  |   Romanian Business  |   Evenimente  |   Publicitate  |   Informatii Utile  |  

created by Iulia Stoian